Oyakodon, le petit nid de riz douillet de Kunihiko

vendredi 18 septembre 2015


Et voilà, l'heure de la dernière rencontre au pays du Soleil Levant a sonné (bon, ok, en attendant le prochain avion) , on retrouve Kunihiko qui après sa création nippo-italiano, nous propose un plat très populaire au Japon. Oyakodon signifie littéralement la maman et l'enfant dans le même bol (de riz). Cotcotcot ! Poulet et œuf se retrouvent dans un niz douillet de petits grains blancs. Ce plat est de la « comfort food » par excellence, fondant à souhait, sa saveur umami ravira vos papilles. Et si c'est si bon, ce n'est pas par hasard, Kunihiko est perfectionniste, il ne lave le riz non pas une fois, non pas trois, mais bien six fois. Il travaille avec précision et a le goût pour les choses bien faites, pas étonnant avec une formation de designer d'intérieur. Concentré mais pas austère, bien au contraire, il vous met parfaitement à l'aise, l'air de rien, très omotenashi. A vrai dire, ce plat tout simple est un de mes meilleurs souvenirs gustatif en terre nippone.


Oyakodon (2 personnes) 

- riz rond japonais
- 2 oignons
- shimeji (champignons d'Asie de l'Est)
- 1 bonne cuisse de poulet
- 3 œufs
- quelques feuilles de mitsuba (persil japonais)
- huile de colza
- huile de sésame
- sake
- mirin
- shoyu (sauce soja)
- dashi (bouillon de bonite séchée et algues konbu)
- fécule de pommes de terre

Si vous avez bien suivi, vous savez déjà qu'il faut rincer le riz 6 fois pour un riz parfaitement parfait. Direction ricecooker pour les petits grains blancs. Hachons les oignons grossièrement pour les faire revenir dans de l'huile de colza. Ajoutons les champignons shimeji, le poulet découpé en petits morceaux. Arrosons le tout d'un peu d'huile de sésame, d'une bonne cuillère à soupe de sake et un tout petit peu d'eau. Une ou deux cuillère à soupe de fécule de pommes de terre pour l'onctuosité. Mélangeons et puis faisons sauter le tout. Vient au tour de l'ingrédient clé au goût si particulier : le dashi, en petite quantité. Quelques cuillérées mirin et puis de shoyu (la moitié de la quantité de mirin), et faire bouillir le tout. Ajoutons les œufs battus et remuons à feu doux. Servons le riz dans un bol (très important, sinon ce n'est plus un donburi,  un bol de riz garni) ,  recouvrons du mélange mère-enfant et un peu de vert ne fait pas de mal, quelques feuilles de mitsuba par-ci par-là. Voilà c'est prêt à être dégusté avec une bonne soupe miso. Mmmh, meshia meshia oishii comme on dit là-bas !





13 commentaires

  1. J'aime vraiment tes articles ! C'est une très belle découverte.
    Belle journée :)

    RépondreSupprimer
  2. Oh merci pour le partage de la recette, ça à l'air succulent :)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci Camille, c'est encore meilleur que ca en a l'air! N'hésites pas a me dire ce que tu en penses si tu testes la recette :)

      Supprimer
  3. Réponses
    1. Ahaha merci c'est plutot bon signe, plus qu'a se mettre aux fourneaux :)

      Supprimer
  4. Super sympa ta recette, merci ! Très beau blog et tes photos donnent envie de voyager : j'aime beaucoup :)
    Une belle journée à toi :)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci beaucoup pour ton commentaire Marie, le voyage et les rencontres, parfois culinaires, me sont tres importantes. Excellente journée a toi aussi!

      Supprimer
  5. Cela fait tellement longtemps que je n'ai pas mangé asiatique, ton article me donne envie de craquer!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Fais toi plaisir Chloé, ce plat est si bon! En plus les ingrédients sont faciles à se procurer et le combo dashi-mirin-sake-sauce soja sont la base de la cuisine japonais et donc à réutiliser tout le temps :)

      Supprimer
  6. Ca a l'air dé-li-cieux !!
    J'ai très envie de déguster ce plat, mais il y a ingrédients aux noms inconnus (heureusement que tu ajoutes des indications entre parenthèse). Je ne sais pas où je pourrais trouver tout ca.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ça l'est ;) Le goût umami, un vrai délice! Alors, il y a des ingrédients au nom exotique qui sont en fait les basiques de la cuisine japonaise: shoyu (sauce soja japonaise), mirin (qui donne un petit goût sucré), dashi (du bouillon de bonite et d'algues qu'on peut acheter sous forme de poudre), le sake (alimentaire, moins cher et moins fort que la boisson alcoolisée). Tous se trouvent dans les épiceries asiatiques (les champignons shimeji aussi) et certains produits en magasin bio. Le persil japonais mitsuba est plus difficile à trouver, mais pourquoi pas le remplacer par de la coriandre. Voilà voilà, si tu as des questions sur les produits n'hésites pas :)

      Supprimer
  7. Mmmh ça a l'air tellement bon ! Et tes photos sont très belles, ça donne envie :)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci beaucoup Emma pour ton petit mot, à bientôt :)

      Supprimer

Instagram

© Madeleine à bicyclette. Design by Fearne.